En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Les valeurs et l'influence de l'Europe

Édouard Lecerf

Directeur Politique et Opinion

Politique 02.03.2017 / 12:00

centre-kantar-futur-europe

Alors que l’équilibre politique et économique international se trouve perturbé, certains analystes laissent entendre que l’Union européenne a parfois du mal à trouver sa place et à faire entendre sa voix sur la scène mondiale.

Dans la présente note, huit experts de Kantar Public analysent les dernières données de l'Eurobaromètre pour mieux comprendre comment les citoyens de l'Union européenne perçoivent son influence. Les dernières enquêtes montrent ainsi que les Européens, bien que critiques à l'égard de l'Union européenne, sont encore largement convaincus qu'elle porte des valeurs particulières et a une influence spécifique dans le concert des nations.

On peut toutefois noter que l'importance qu'ils attribuent à l'UE est largement corrélée à celle qu'ils attribuent à leur propre pays au sein de l'Union.

Ils anticipent par ailleurs qu'à l'avenir l'équilibre des pouvoirs dans le monde sera légèrement moins favorable à l'Union européenne qu'aux nouvelles puissances émergentes (Brésil et Inde). Toutefois, par rapport aux puissances traditionnelles, ils s'attendent à ce que l'influence de l'UE en 2030 soit légèrement plus forte qu'elle ne l'est aujourd'hui.

Un socle de valeurs partagées

Sans surprise, compte tenu des difficultés et des défis majeurs auxquels l'Europe est confrontée, seule la moitié des Européens se disent optimistes quant à l'avenir de l'Union européenne (50% contre 44%). Début 2007, ils étaient 69% à se déclarer optimistes.

Sans doute parce que les problèmes de l'Europe semblent moins graves que ce qui se passe ailleurs dans le monde, les deux-tiers des Européens considèrent toutefois toujours l'Union européenne comme un lieu de stabilité dans un monde troublé (66% contre 29%). Cette opinion est majoritaire dans les 28 États membres, les Néerlandais témoignant de la plus grande réserve (53% contre 46%).

Par rapport au reste du monde, l'Union européenne est toujours perçue comme incarnant mieux un certain nombre de valeurs, parmi lesquelles la paix (57%), la liberté d'opinion (57%), l'égalité sociale et la solidarité (55%) et la tolérance et l'ouverture à l'égard des autres (52%).

L'avantage comparatif de l'Union européenne est nettement moins évident dans le domaine du « progrès et de l'innovation » : seulement 33% estiment que ces valeurs sont mieux incarnées par l'Europe.

Mais l'Europe est encore capable de défendre ces valeurs : 69% des Européens pensent que la voix de l'UE compte dans le monde. Cet avis est partagé par la majorité des citoyens dans les 28 États membres de l'UE.

Ainsi que le montre le graphique de la page suivante, c'est dans les Etats membres où les gens estiment le plus que les intérêts de leur pays sont bien pris en compte dans l'UE, que la part de ceux qui pensent que la voix de l'UE compte dans le monde est la plus élevée.

2017.02.03-valeurs -influence -europe1

Une puissance politique de taille moyenne

Si l'Union européenne est considérée comme défendant des valeurs spécifiques, elle est toutefois perçue comme une puissance politique de taille moyenne dans le monde. Les Européens ont toujours le sentiment qu'elle a moins d'influence politique que les autres grandes puissances mondiales : 69% estiment que les Etats-Unis ont plus d'influence (contre 22%), 52% attribuent plus d'influence à la Russie (contre 35%) et 53% pensent de même en ce qui concerne la Chine (contre 34%).En 5 ans, la part des Européens qui pensent que la Chine a plus d'influence politique que l'Europe a progressé de 12 points.

Dans le même temps, les Européens sont toujours convaincus que l'Europe pèse politiquement plus que l'Inde (62% contre 24%) ou le Brésil (64% contre 22%). Les opinions sont plus équilibrées dans le cas du Japon (45% contre 41%), bien que l'influence relative de l'Europe soit perçue comme ayant décliné dans ce cas au cours des cinq dernières années.

Interrogés sur l'équilibre des puissances en 2030, les Européens imaginent un monde où les Etats-Unis, la Chine et la Russie continuent de dominer (quoique dans une moindre mesure qu'aujourd'hui), mais où l'Inde et le Brésil ont plus de poids et où l'Europe demeure donc une puissance « moyenne ».

Cela trouve un écho dans le fait que « l'influence politique et diplomatique de l'Union européenne dans le monde » se situe au bas de la liste des réalisations les plus positives de l'UE (19%), loin derrière la paix entre États membres (56%) et la libre-circulation des personnes, des biens et des services (56%). Parallèlement, selon les Européens, l'influence de l'Union européenne dans le monde se classe au sixième rang des principaux problèmes auxquels l'UE est confrontée aujourd'hui (10%), loin derrière l'immigration (45%), le terrorisme (32%) ou la situation économique (20%).

Au final, il semble que les Européens envisagent la résolution des problèmes internes à l'Europe et la reconnaissance des spécificités nationales comme des conditions préalables nécessaires pour accroître sa puissance sur la scène mondiale.

2017.02.03-valeurs -influence -europe2


Lire les différents points de vue de nos experts locaux sur le même sujet :

ROYAUME-UNI

UK

POLOGNE

Pologne

FRANCE

France

 PAYS-BAS

Pays-Bas

ALLEMAGNE

Allemagne

 

 

Source : Kantar Public

Notes de la rédaction

Cette note est publiée par le Centre Kantar sur le futur de l'Europe qui vise à contribuer au débat public sur l'Europe. Notre travail s’appuie sur les connaissances et les analyses de nos experts nationaux, et en particulier des données tirées de l'étude Eurobaromètre de la Commission européenne.

Derniers articles

Alors que les critiques des Français sur leur classe politique n’ont jamais été aussi sévères, la victoire d’Emmanuel Macron « contre le populisme » est-elle en trompe l’œil ?

Le rapport des Français à la connexion pendant leurs vacances reste paradoxal, entre l’envie de se déconnecter et des bénéfices à en tirer dont ils ne peuvent pas et ne veulent pas se passer.

La vague de juillet 2017 de notre baromètre politique Kantar Sofres-onepoint pour le Figaro Magazine a été réalisée fin juin 2017.

Découvrez dans cette vidéo les principaux résultats du Référenseigne Scoop 2017 et la tendance des enseignes sur ce début d’année.

Retrouvez nos estimations de l'abstention et son évolution depuis 1967, puis l'estimation de la projection en sièges.

Contenus liés