En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible. En savoir plus

Ne plus voir ce message.
France Insights

Facebook et Twitter : un avenir tout tracé

Marie Dollé

Spécialiste en stratégie de contenu digital

Internet 15.10.2014 / 14:00

Infographic_v1_FR_1024px

À eux deux, Facebook et Twitter ont acquis plus de 90 sociétés depuis leurs créations respectives qui permettent de deviner ce que sera le futur de ces deux entreprises.

Par le passé, les deux géants ont souvent été en concurrence directe en termes d'acquisitions. Il a ainsi été rapporté que Twitter avait essayé d'acheter Instagram  avant Facebook... Mais l'avenir pourrait mettre les deux réseaux sociaux sur des chemins bien différents.

Facebook : un avenir sans… Facebook

Depuis ses débuts, Facebook s'est conformé à une politique bien définie d'acquisition de startups. Son crédo ? Repérer les jeunes talents, racheter les sociétés puis les fermer afin de les absorber intégralement au sein de la marque.

Néanmoins, au cours des deux dernières années, cette stratégie semble avoir évolué. En effet, sur les dernières acquisitions majeures faites par la société, au moins quatre d'entre elles - Instagram, WhatsApp, Oculus VR et ProtoGeo Oy - continueront à fonctionner comme des apps autonomes, à savoir sans aucun branding Facebook.

L'entreprise peine à répondre aux nouveaux usages avec une seule et unique application multifonctions. Facebook se retrouve presque quotidiennement concurrencé par le lancement de réseaux sociaux de niche tels que Pheed ou Snapchat. Et que dire du tout récent réseau Ello, surnommé « l'anti-Facebook » en raison de sa stratégie anti-publicité et anti-données personnelles...

Facebook craindrait-il de devenir has-been ?

Ainsi, au lieu de chercher à renforcer la marque, il y a fort à parier que Facebook va au contraire diversifier et morceler ses activités en usages afin d'être en mesure de lutter sur tous les fronts.

Et, avec de récentes acquisitions dans le domaine de la réalité virtuelle (Oculus), de la remise en forme (ProtoGeo Oy), de la photo (Instagram), de la messagerie (WhatsApp) et prochainement dans le transfert d'argent entre amis via son application Messenger, il est évident que Facebook ne va pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Une véritable offensive de « debranding ».

Twitter : l'agence de presse nouvelle génération

A la fois réseau social et éditeur, Twitter tend de plus en plus à devenir une plateforme d'information en temps réel où chacun peut aller chercher l'information qu'il souhaite.

À l'heure où l'accès à l'information en continu peut se faire instantanément et gratuitement, il est déjà largement reconnu que Twitter est le média du breaking news par excellence et devance largement les chaînes d'info en continu qui sont en crise. Jeff Zucker, directeur de CNN est même allé jusqu'à déclarer que le créneau ne constituait plus une « bonne affaire » pour les chaînes de télévision.

Lorsqu'on examine les précédentes acquisitions, il n'est guère surprenant de constater que les entreprises mobiles ont été parmi les principales acquisitions. Les résultats financiers Q25 de Twitter ont montré que 78% des utilisateurs actifs ont accédé au site par le biais d'un dispositif mobile, tandis que 81% des recettes publicitaires ont été tirées du mobile.

L'accent sera donc mis sur la publicité mobile. Par ailleurs, l'e-commerce va continuer à se développer grâce notamment aux quatre acquisitions dans ce secteur cette année : Cover, Namo Media, TapCommerce et CardSpring. Avec l'apparition d'un bouton «Acheter» et d'une option «Paiements et Expédition» Twitter souhaite par ailleurs développer le commerce social et démontrer ainsi sa capacité à générer des ventes directes.

Autre façon de générer des revenus : Twitter continue d'inciter les utilisateurs à commenter en temps réel les évènements à l'aide de partenariats médias et de dispositifs dédiés. L'objectif ? Encourager les utilisateurs à regarder la télévision en tweetant - le dual screening - et créer un partenariat de plus en plus étroit avec les grandes chaînes de télévision. La capacité de Twitter à fournir ces données en temps réel aux annonceurs deviendra indispensable en termes de génération de revenus.

Les acquisitions ces deux dernières années tels que, Mesagraph, SecondSync, Snappy TV, Bluefin Labs et Trendrr, tous acteurs de la social TV, devraient donc permettre à Twitter de renforcer son offre.

Avec le financement généré par l'e-commerce, la publicité mobile et la social TV, il y a matière à penser que Twitter aura même la possibilité d'aller au-delà d'un journal en ligne : tenant davantage du « média dans le média », d'une « source des sources », l'avenir de Twitter ressemblera probablement à celui d'une agence de presse sociale mondiale à l'instar d'un Bloomberg ou d'un Reuters.

Source : Kantar Media

Notes de la rédaction

Télécharger l'intégralité du livre blanc à cette adresse

Pour interviewer Marie Dollé, contactez-nous

Derniers articles

Des Français qui désapprouvent majoritairement la décision du Gouvernement de baisser les APL pour les locataires Hlm et qui comprennent les inquiétudes des acteurs du logement social.

Classement des enseignes de grande distribution pour la période du 02 au 29 octobre 2017

A l'occasion des Journées de l'Économie des 7, 8, 9 novembre, Kantar Sofres a réalisé la vague 2017 de son étude annuelle.

La réputation des médias traditionnels reste en grande partie intacte selon l'étude ‘Trust in News ‘ réalisée et publiée par Kantar. Les réseaux sociaux et les Pure Player sont en revanche particulièrement écorchés par le phénomène des ‘fake news’ et auraient influencé les derniers scrutins électoraux.

La vague de novembre de notre baromètre politique Kantar Sofres-onepoint pour le Figaro Magazine a été réalisée du 25 au 28 octobre 2017.

Contenus liés